[COVID 19 – ACTU TEAM IGA]

Bruno Hamon, parrain référent chez IGA

Après quinze jours de confinement, quelles sont les premiers retours au sein du réseau IGA.

« On est dans une situation exceptionnelle, et face à ça on voit tout ce qu’il y a de bien dans l’Homme et les structures humaines. Depuis quinze jours, rien de négatif, des lauréats qui ont besoin d’un peu de conseil, mais surtout d’écoute.  Et c’est le rôle du parrain. Même si on n’apporte pas toujours toutes les solutions, on va être là pour ouvrir nos oreilles et nos cœurs, entendre, réconforter et redonner de la niaque et de l’espoir.

On doit éviter « le syndrome de la couette », il faut avoir une journée normale, un fonctionnement normal, donc le dialogue est fondamental.

La deuxième chose c’est de se préparer à la suite. C’est de se dire : Est-ce que le jour où je vais appuyer sur le bouton tout va fonctionner ? Logistique, stock, communication…

Cette étape n’est pas pour tout de suite, on le sait, mais quand ça va redémarrer, ce jour-là il faudra éviter la panique et être le meilleur.

On ne conduit pas une voiture en regardant uniquement dans le rétroviseur, regardez devant et préparez-vous pour la reprise ! »

 

IGA_logo complet

Maxime Michel, Chargé mission et accompagnement chez IGA

En charge de la Hotline mise en place dès le premier jour du confinement.

« Je rejoins Bruno sur le côté positif, que se soit dans le moral ou dans l’attitude, car malgré le contexte actuel, dans l’ensemble les lauréats ont plutôt le moral. Ils se sont dit « on n’a pas le choix et on réfléchit à ce qu’on n’a pas le temps de faire en général et on se prépare pour l’après ».

La mobilisation des parrains fait vraiment plaisir à voir !

Pour le moment on a eu cent cinquante de contacts de lauréats grâce à la Hotline, et on prend les devants pour tous les contacter.  On a prit rapidement des mesures, donc pour eux c’est agréable de voir qu’ils sont soutenus.  »

 

On doit éviter « le syndrome de la couette », il faut avoir une journée normale, un fonctionnement normal, donc le dialogue est fondamental.

Bruno Hamon, parrain référent IGA